meilleure huile pour friteuse

Avez-vous quelle est la meilleure huile pour la friteuse ?

La meilleure huile pour friteuse dans la vie sont soit immorales, soit illégales, soit elles font grossir. » Cette célèbre maxime de l’écrivain irlandais George Bernard Shaw s’accorde parfaitement (surtout la dernière partie) avec ce dont nous allons parler, c’est-à-dire la meilleure huile pour friteuse. La friture est l’une des méthodes de cuisson les plus appréciées et les plus utilisées dans les cuisines du monde entier, un art qui se transmet depuis des siècles, déjà présent à l’époque des Égyptiens et des Romains et jusqu’à nos jours, mais représente également une épée à double tranchant en cas d’abus prolongé. Qu’il s’agisse de sucré, de salé, de viande, de poisson ou d’aliments plus légers comme les légumes et (dans certains cas) les fruits, toute friture qui se respecte doit suivre quelques règles fondamentales : absolument, la première est le choix de l’huile de friture. Une bonne huile est l’élément distinctif d’un aliment super frit, mais quelles huiles sont les plus adaptées et – surtout – les moins dangereuses pour la santé ?

Quelle huile utiliser pour la friture ? Tournesol, maïs et soja du « carton jaune »

Les huiles utilisées pour la friture, si elles sont portées à leur point de fumée, peuvent devenir cancérigènes et c’est pour cette raison qu’il faut faire très attention à leur température, afin d’éviter les risques pour la santé. Commençons par l’analyse avec l’huile de tournesol, l’huile de maïs et l’huile de soja car leur seuil « limite » varie de 130 à 160 degrés. En se souvenant que plus le point de fumée est élevé, plus il faudra de temps à l’huile pour éliminer son résidu liquide, afin d’obtenir une meilleure friture, on peut donc dire que l’huile de tournesol et l’huile de maïs ne doivent être utilisées qu’à basse température. Dans ces cas, nous aurons une friture plus sèche, plus croustillante, plus savoureuse et relativement « saine », mais aussi des temps de préparation prolongés.

meilleure huile pour friteuse

Alors quelle est la meilleure huile pour friteuse ?

Après avoir listé les huiles les moins adaptées à la friture, c’est au tour des trois premières: tout d’abord, il est impossible de ne pas mentionner l’huile d’arachide, de loin la meilleure pour une friture plus saine également grâce à son point de fumée qui est généralement de 180 degrés, mais qui peut monter jusqu’à 230 s’il est très raffiné : son utilisation est recommandée car il permet de donner plus de légèreté à la friture, ainsi qu’une saveur plus délicate. C’est une huile constituée en majorité de graisses mono insaturées (contrairement aux trois citées plus haut), ou les « bonnes graisses » ; de plus, il contient beaucoup de vitamine E, essentielle pour ses propriétés anti oxydantes et pour son effet bénéfique sur le système cardiovasculaire. La température idéale pour la friture à l’huile d’arachide se situe autour de 190-200 degrés : poisson, chips, légumes en panure ou en tempura sont plus digestes, délicats et prennent un goût différent. Établi que l’huile d’arachide est la meilleure possible pour la friture, le concurrent le plus valable est la fameuse EVO, ou huile d’olive extra vierge : elle a un point de fumée très élevé (environ 210 degrés) et, grâce à sa très haute teneur en acide oléique et le très faible pourcentage de graisses polyinsaturées (seulement 10 %), donne à la friture un goût plus intense et permet de la faire à des températures « classiques », c’est-à-dire 160-180 degrés.

Sur la question du goût cependant, des avis divergents conduisent à une sorte de rivalité entre l’huile d’olive vierge extra et l’huile d’arachide : le goût que la première donne aux aliments frits est parfois lourd, difficile à supporter, au contraire – comme mentionné – de la seconde. Un bon poisson frit est rehaussé d’huile d’olive extra vierge, tandis que les beignets typiques du Carnaval sont rehaussés d’huile d’arachide. Autre détail qui est loin d’être sans importance, le prix, puisque l’huile EVO coûte en moyenne deux fois plus cher que sa rivale…

Où jetez-vous l’huile pour la friture

Lorsque l’huile devient de couleur foncée, cela signifie que les graisses qu’elle contient se dégradent. Dans ces cas-là, il est de bonne pratique de jeter l’huile dite « usée » et de la changer. Une recommandation, cependant : ne le jetez jamais dans l’évier ou le drain de la cuisine. Erreur très grave, la meilleure façon de se débarrasser de l’huile qui n’est plus utilisable est de l’apporter à un centre de recyclage ou de la jeter directement dans des conteneurs mis à disposition par votre municipalité.

Les « méchants » : les graisses saturées

Analysons d’abord les propriétés des différentes huiles du point de vue de la santé. Les « mauvaises » graisses, comme nous l’avons vu, sont les graisses saturées. Alors que les mono insaturés et les polyinsaturés, en un mot, sont les « bons » (comme l’oméga 3). Eh bien, presque toutes les huiles en circulation, de ce point de vue, sont en forme : la meilleure est l’huile de tournesol, avec seulement 11 % de graisses saturées, suivie du maïs (13 %), de l’huile d’olive vierge extra d’olive (15 %) et de soja (15%) et enfin d’arachide (20%). Sur la liste des méchants, riches en graisses saturées, il y en a : l’huile de palme (49%), le beurre (51%), le saindoux (32%) et le saindoux (31%).

Les « bons » : les gras mono insaturés

Soyez prudent cependant. Parce qu’il y a des graisses insaturées et des graisses insaturées. Cette catégorie se divise en fait en deux grandes familles : les graisses mono insaturées et polyinsaturées. Dans l’huile d’olive extra vierge, le pourcentage de graisses mono insaturées atteint 75%, soit environ le double de celui des autres, à part l’arachide qui atteint 50%. C’est une différence importante car les graisses mono insaturées sont les plus stables, avec une grande résistance à la chaleur et à l’oxydation.

Les « bons » qui deviennent « mauvais » : les gras polyinsaturés

Une histoire complètement différente s’applique aux huiles riches en graisses polyinsaturées. Des substances bénéfiques à température ambiante, mais qui libèrent à des températures élevées des substances toxiques telles que les peroxydes et les radicaux libres, qui sont considérées comme nocives et cancérigènes une fois introduites dans notre alimentation. Les huiles particulièrement riches en graisses polyinsaturées sont l’huile de tournesol (65%), de soja (63%) et de maïs (60%), qui sont donc absolument déconseillées pour la friture. L’huile la plus saine, de ce point de vue, est l’huile d’olive extra vierge, avec seulement 10% de graisses polyinsaturées, suivie de l’arachide avec 30%.

Le point de fumée de la meilleure huile pour friture

Mais il y a un autre aspect à prendre en considération lors du choix de la bonne huile pour la friture. Et c’est le point de fumée, qui est la température maximale qu’une huile peut atteindre avant qu’elle ne commence à brûler, se décomposer et créer des substances toxiques nocives pour notre foie, comme l’aldéhyde acrylique et l’acroléine. Eh bien, ici, étonnamment, l’huile de palme raffinée (qui, cependant, les graisses saturées, comme nous l’avons vu, la rendent « mauvaise ») bat tout le monde, atteignant un point de fumée de 240 ° C; mais l’huile d’olive extra vierge emboîte le pas à 210°C. Même s’il faut dire que l’huile d’olive extra vierge n’est pas un produit raffiné comme les autres, elle contient des impuretés capables d’abaisser considérablement le point de fumage : cela dépend donc beaucoup de la qualité de l’huile que nous achetons. Mais le verdict ne change pas. Car les autres huiles sont derrière, loin derrière. L’arachide a son point de fumée à 180°, le maïs à 160, le soja à 130, le tournesol encore moins. Par conséquent, compte tenu de ces deux caractéristiques, le verdict ne peut être qu’un : l’huile d’olive extra vierge est de loin la meilleure huile pour la friteuse, suivie de celle des cacahuètes puis de toutes les autres, sensiblement au même niveau.

Différentes saveurs

Eh bien, mais qu’en est-il de la saveur ? Très souvent l’huile d’olive vierge extra en friture suscite la perplexité car elle est  » lourde  » en saveur, comme si les aliments aimaient l’absorber. Tandis que l’huile d’arachide permet de préparer une frite au goût plus léger, plus délicat. Bref, tout dépend de l’envie de faire « sentir » notre huile. Cacahuètes ou huile d’olive extra vierge ? A vous le choix.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *